Blog

17. août, 2017

Laisser place à l’amour

 

Février, moi de l’amour. Pourtant nous devrions laisser la place à l’amour tout au long de l’année. Par contre, parfois il nous est difficile de manifester notre amour lorsque nous sommes dans le quotidien. Alors, pourquoi ne pas en parler dans mon article du mois. Un bon temps pour ouvrir la porte à ce sujet, vous ne trouvez pas? Que vous viviez des étapes de fin de vie ou pour tout simplement apporter un regard différent sur la notion de l’amour, je vous souhaite une bonne lecture!

Amour, Amour

Connaissez-vous quelque chose de plus merveilleux comme sensation que l’amour? Effectivement, il est difficile de trouver un bien-être aussi nourrissant et stimulant. De nos jours cette notion prend de plus en plus de place afin d’aider votre âme à retrouver cet amour. Pourquoi vivre tant de souffrance alors que la paix pourrait être la clé de votre cheminement personnel?

De prime abord, l’amour est une émotion qui nous stimule, nous fait grandir et nous apporte des choix dans la vie. Ouvrir la porte à la paix intérieure n’est pas une notion que nous réclamons, mais bien une essence qui nous tient en vie. L’amour et la compassion sont présents dans vos vies. Il suffit de se connecter et de s’y abreuver. Par contre, il est difficile de les accepter et les intégrer lorsque nous recherchons cette essence à l’extérieur de nous-même.

L’ego vs l’amour

 Les jugements, les colères et les rancunes face aux autres nous portent dans la sensation de devenir quelqu’un. Du moins, c’est ce que certains peuvent penser. Ces émotions ne font que nourrir la personnalité qui vous fait croire que lorsque vous vivez une colère envers une personne ou une situation, vous avez les choses en mains. Pourtant, la colère n’est qu’éphémère et illusoire. Elle ne dure pas et n’est pas nécessaire dans votre quotidien. L’amour, cette expression de vie conscience, vous portera davantage dans la sérénité et l’acceptation.

Qu’est-ce que l’amour?

L’amour c’est simplement dire ‘’je t’aime’’? Pas toujours! En fait, c’est accepter que les autres puissent faire des choix qui ne nous semblent pas les meilleurs. Il ne vous appartient pas de juger ces gens. Ils ont droit de voir et de vivre les expériences de vie à leur façon. En respectant le fait que vous leur laissiez le libre arbitre, il devient tout à fait normal que vous puissiez aimer cette personne malgré tout. Ce ne sera plus la personnalité de la personne que vous regarderez, mais bien son cœur. Là est la différence. Trouver l’amour dans la personnalité et l’ego n’est pas une vision claire de l’âme de la personne.

Voyez-vous nous sommes tous libres de dire et de penser selon notre degré de conscience. Nous sommes tous libres de nos choix d’incarnation. À travers l’amour vous choisirez de vous connecter avec l’âme et le cœur de la personne et non laissez place à  l’ego qui voudrait contrôler les gens afin d’obtenir l’acceptation et la valorisation que vous recherchez.

Lorsque vous essayer de contrôler une personne, vous n’être plus dans un respect et dans l’amour. C’est les souffrances et les manques d’acceptation qui vous porteront dans le jugement. Dès maintenant, apprenez à laisser l’être devenir responsable de sa propre vie.  L’amour que vous porterez envers une personne pourra demander de le regarder souffrir parfois. Bien entendu, nous n’aimons jamais voir une personne dans la difficulté. Mais lui porter une attention, un amour demande d’accepter cette personne à travers tous ces choix et ses expériences de vie. Vous ne pouvez changer cette personne ni la protéger des souffrances qu’elle aura à intégrer dans son quotidien. Ce sont des appels de son âme à vivre certaines situations afin de l’aider à grandir. Par contre, en lui portant de l’amour, vous aidez son âme à s’alléger d’une certaine souffrance afin qu’elle puisse s’unir davantage avec son cœur.

La porte de la souffrance est parfois difficile à traverser, mais sâcher qu’elle cache en elle de grandes leçons de vie!

 

Exemple

Prenez par exemple des citoyens d’un autre pays. Nous ne voyons pas nécessairement les choses de la même façon, car nous ne sommes pas dans la même ethnie religieuse ou croyance. Pourtant ces gens ont eux aussi un cœur. Alors, choisir qui est le meilleur des deux, c’est dire ‘’et bien, moi je ne t’accepte pas alors que toi tu devrais m’accepter!’’  La personnalité cherchera à faire des différences dans le quotidien, mais l’âme elle est éternelle et elle est lumière. À ce niveau, personne n’est différent. Seulement dans la chair humaine voyons-nous des dualités et des défauts sur les autres.

La religion, la croyance et peut importe les notions de vies que vous portez sont en réalité des croyances humaines afin de vous identifier et vous séparer. Ne sous-estimez pas le pouvoir de votre mental qui cherchera à faire attention à votre propre personne et qui jugera parfois les autres. Laissez cette phase de personnalité se déloger afin de laisser place à un cœur émanant respect, lumière et compassion.

Votre corps physique est tout simplement un véhicule qui cherchera à se dégager des empreintes émotionnelles que vous lui imposerez. Ne lui laissez plus la place du maître. Apprenez à faire les choses avec cœur pour le bien des autres et surtout pour votre propre évolution.

Apprendre à se choisir, à dire oui à la vie consciente et aux respects, c’est ça l’amour. Montrer votre lumière intérieure aux gens qui sont, tout comme vous, des êtres humains afin que naisse la vraie religion, celle de l’âme et de l’amour. L’acceptation de qui nous sommes, tous en tant qu’être divin et non-être dans la séparation de notre ‘’peuple’’ et nos croyances.

Tendons la main à l’univers afin que l’appel des âmes soit entendu. Laisser votre âme faire le chemin vers la compréhension et l’acceptation de cette nouvelle force en vous. Cheminer vers l’abondance du cœur.

L’amour vous portera sous son aile.

 

Isabelle Guilbert

16. août, 2017

Le respect de l’autre et de soi

Le respect de l’autre, on en entend souvent parler. Le respect de soi, on essaie de le pratiquer. Pourtant souvent arrive-t-il que nous soyons tellement dans une impasse, dans des émotions que notre mental prend le dessus sur notre raison et là, les frustrations, panique, etc…. nous coupe de notre raison.

Nous sommes tous affectés par différentes émotions au cours de notre vie. Ne pas entrer dans ce jeu de pouvoir, de blessures et de rancœur nous garde focus et aligner avec soi-même. Quand notre personnalité est blesser et souffrante, ce ne sont que les émotions qui nous guident dans nos pensées et nos actions. Alors que faire lorsque nous avons ces tourments qui nous envahissent?

  1. Ne pas entrer dans le blâme : Il est important de comprendre que peu importe ce qui arrive, se blâmer ou blâmer l’autre personne ne donne rien d’autre que de nourrir notre propre souffrance. Il faut regarder la situation d’une façon plus poser. Pourquoi suis-je si affectée par ce qui arrive? Pourquoi je me sens autant dans une colère, une dévalorisation, un état de mal-être? La souffrance qui vous porter peut cacher bien des choses sous-jacentes. Alors, prenez le temps de regarder ce que vous portez en vous tout en étant dans l’accueil et le non-jugement.
  2. Prendre une pause : prenez du recul face à la situation. Lorsque nous sommes directement impliqués, nous voyons que le noir, le négatif et ce qui nous blesse. Apprenez à accueillir ce qui est là même si la situation est difficile. Entrer dans les jugements ou se faire des illusions face à ce qui est là ne fait que vous garder dans la blessure face à l’autre.
  3. Aimer, Aimer, Aimer : bien qu’il ne soit pas facile d’aimer la personne qu’on blâme pour nos conflits, nos problèmes, il est important de rester dans l’amour. L’amour de soi ainsi que face à l’autre. Nous ne pouvons blâmer qui que ce soit, car en réalité tout ce qui est là est une étape pour vous faire grandir. Donc un expérience de vie pour vous permettre de devenir une meilleure personne face à vous-même. L’extension de cet amour vous guidera vers l’accueil, vers la guérison, l’acceptation de ce qui vous fait souffrir. En d’autres mots, l’amour sera votre porte de guérison si vous lui permettez de prendre sa place dans votre cœur.

Accepter de respecter l’autre malgré les blessures n’est pas toujours facile et évident, j’en conviens. Il faut cependant être vigilant quant à la façon que nous aurons de réagir. SI notre souffrance nous pousse à entrer dans la bulle de l’autre, de nous imposer avec nos idées et nos besoins, où est le respect dans tout ceci? Ce n’est pas seulement face à l’autre, mais également face à soi que nous ne gardons pas notre respect. Se laisser influencer par nos émotions n’est pas signe d’amour envers soi-même. C’est une porte où nous nous détruisons tranquillement, sournoisement et sans équivoque.

L’amour de soi doit alors triompher. Regardez-vous et demandez <<Est-ce que j’ai vraiment besoin de me faire autant de mal>>  <<Est-ce que je m’aime assez pour ne pas entrer dans une dévalorisation de soi?>>  La réponse, vous la savez déjà. Par contre c’est votre mental qui vous pousse à justifier les blessures que vous portez. Alors laissez-vous le temps de guérir, de pardonner, de se regarder afin que nous puissions entrer dans un mode de vie qui vous offrira plus de douceur. Ainsi le respect de l’autre, tout comme le respect de soi deviendra important. Et l’amour que vous ouvrirez en vous sera un énorme baume de guérison.

Isabelle Guilbert

www.traitementenergetique.com

www.ouvertureducoeur.net

15. août, 2017

Qu’est-ce que la lecture de l’âme exactement? En fait, sa description et son fonctionnement peut être différent d’un thérapeute à l’autre. Par contre, son but ultime est assez familier.

En lecture de l’âme le thérapeute ou médium que vous consulterais pourra se connecter à votre énergie afin de  mieux vous guider à travers les situations du quotidien. Selon le degré de lecture, vous pouvez avoir des réponses sur différents sujets, tel que :

*Mieux comprendre la provenance d’un malaise physique

*Être plus éclairer dans votre quotidien et vos  questionnements

*Aider à voir plus clair dans vos décisions à prendre

Tout d’abord, les consultations en lecture de l’âme devrait être utiliser pour votre cheminement personnel et votre évolution. Rien ne sert de consulter pour des réponses sur le futur! Oui parfois nous aimerions connaître tout notre avenir à l’avance. Par contre, comprenez que votre futur est toujours un résultat de votre moment présent. Donc, il est beaucoup plus bénéfique de guider le ici et maintenant afin de mieux répondre à votre futur.

Pour de plus amples informations :

Isabelle Guilbert

819-858-2548

www.traitementenergetique.com

15. août, 2017

Les signes de fatigue et de stress pendant un accompagnement de fin de vie

 

L’amour prend parfois des tournures inattendu. Parfois nous sommes bien  tandis qu’à d’autres moments la vie nous rend vulnérables et complices de certains chemins de vie. La mort n’est pas quelque chose que nous prévoyons, bien que nous sommes conscients que nous y passerons tous un jour ou l’autre. C’est la préparation qui est le plus souvent déficiente. Dans notre société nous en parlons, nous le vivons, mais sommes-nous réellement prêt lorsque la situation est là devant nous?

Apprendre à reconnaitre certains signes afin de se préparer à la mort d’un être cher est une étape importante dans l’acceptation de la réalité à venir. Nous pouvons tous nous préparer à notre manière, notre façon. Nous sommes tous capables de nous dire ‘’je suis prête’’. Par contre le vivre de façon plus consciente vous permettra de mieux gérer le stress, l’épuisement et la fatigue pendant ce temps d’accompagnement.

  1. Ne pas tout prendre sur ses épaules :

Vous n’êtes pas la seule personne pouvant accompagner l’être en fin de vie. Tout prendre sur vos épaules deviendra très lourd et difficile à porter lorsque la fin de vie s’étire pendant un grand laps de temps.

       2. Penser à vous :

Bien que nous ayons de bonnes intentions, nous devons aussi apprendre à nous offrir ces temps pour nous aussi. Prendre des pauses, des sorties, du repos sans toutefois entrer dans la culpabilité de ne pas être présent pendant quelques heures. C’est ainsi que vous aurez la force de continuer votre accompagnement.

       3. Prendre soin de soi :

Bien que les émotions soient parfois imposantes, il est important de prendre soin de soi et de bien se nourrir et de s’hydrater. Le manque de sommeil, d’hydratation et de nourriture sera des étapes importantes. Trop souvent, ce sont ces petites choses que nous avons tendance à négliger, car les émotions bloquent notre faim et ainsi nous perdons certaines forces inconsciemment

        4.      Repos, repos, repos

Afin d’éviter d’avoir les nerfs ‘’à fleur de peau’’, il est primordial de prendre du repos. Que ce soit quelques heures, une journée ou du temps pendant qu’une autre personne accompagne le mourant. Car ces petits temps, aussi minime soit-il sont tous aussi important que de bien se nourrir et s’hydrater.

 

Le plus important à retenir lorsque nous sommes dans une période d’accompagnement de derniers jours, heures est l’équilibre. Nous devons rester en équilibre avec soi-même afin de nous redonner la force et le courage de continuer le périple de ces dernières heures. Trop souvent nous nous oublions en disant ‘’je pourrais prendre soin de moi après’’. Ne jamais perdre de vue que plus vous serez affaibli, stresser, fatiguer, plus votre corps vous le fera sentir. Si ce n’est pendant l’accompagnement, il le fera sentir dans les jours et semaines après. Alors afin de mieux continuer à avancer par la suite, il est important de s’occuper de soi dans le moment présent.

 

Isabelle Guilbert

15. août, 2017

Syndrome du sauveur

 

Vous connaissez ce syndrome du sauveur?  Cet appel intérieur a tant vouloir aider et sauver les autres que parfois on se retrouve avec le poids du monde sur ces épaules?  Trop charger de bonnes intentions et pourtant j’ai l’impression de simplement vouloir le mieux pour mon prochain?

En fait, le syndrome du sauveur ce retrouve en beaucoup d’entre nous.  Ce n’est pas par méchanceté et surtout pas pour nuire à notre prochain.  Par contre, nous devons comprendre qu’il y a une limitation à suivre cet appel d’aide envers les autres.

Ce n’est pas que vous devez décider de ne plus aider, au contraire, mais de comprendre jusqu’où je peux aller dans cette approche sans nuire au libre-arbitre de l’autre et sans m’imposer toutes les charges sur mes épaules.  Par besoin de voir notre prochain être mieux, nous avons tendance à vouloir prendre une partie de sa charge.  Nous pouvons aider mais bien sûr jusqu’à un certain point.

Le syndrome du sauveur peut être très lourd pour le sauveur.  On veut tellement aider et soulager que nous cherchons toujours les solutions pour les autres.  Et là est le danger.  Car agir de la sorte vous installera une lourdeur supplémentaire sur les épaules, sans compter le stress encouru.

Je ne parle ici de ne pas vouloir aider son prochain.  Par contre, comment puis-je le faire tout en me respectant dans tout ceci?

  1. Je peux partager mes connaissances et mes recommandations.  Ensuite le choix demeure celui de la personne concernée.
  2. Je ne suis pas la seule personne qui peut aider dans cette situation.  Je peux remettre à une autre personne, déléguée ou demander une aide extérieure.  Je dois me rappeler que je ne suis pas la seule personne disponible sur terre.
  3. J’ai le droit de dire non si je sens que je n’ai pas la capacité idéale pour aider cette personne.  Votre accueille et votre accompagnement peuvent être suffisant.  Faites ce que vous êtes capable.  Pour le reste ne vous mettez pas de pressions inutiles.

Mais pourquoi portons ce symptôme en nous?

  1. Par besoin d’amour et d’acceptation.
  2. Par un besoin d’être valoriser et apprécier
  3. Pour avoir l’impression d’avoir but, un objectif et une raison d’être

 

Plusieurs autres raison sont également à la source de ce syndrome.  Le plus important pour vous aider à mieux gérer ce phénomène est de prendre le temps de regarder la vraie raison de ce besoin.  Si vous sentez que cette situation provient d’un besoin de reconnaissance alors comment puis-je me valoriser davantage sans prendre toute cette charge sur mes épaules?

Trouver votre besoin intérieur.  Ce manque que vous portez en vous qui cherche à se manifester à l’extérieur de vous.  Ne chercher pas à sauver l’humanité.  Commencer tranquillement par être votre propre sauver.  Ainsi vous pourrez revenir dans un équilibre et ainsi aider son prochain deviendra plus facile pour tous.

 

Isabelle Guilbert

www.traitementenergetique.com

www.ouvertureducoeur.net